La truite, belle meunière Aucun avis homms2013

Qu’elle est jolie, la petite truite vagabonde de monsieur Schubert, ­légère et gracieuse, bravant les flots changeants… Qu’elle est terrible, aussi, prédatrice redoutable, filant au sein de l’onde tel un trait d’argent : son nom, apparu au XIIIe siècle, dérive de l’ancien français troite, qui, par le biais de tructa en bas latin, vient du grec trôktês, c’est-à-dire « vorace ». Ce poisson carnivore se nourrit, en effet, de vers et d’insectes voire d’autres...

Lire la suite sur La Croix.com - Les derniers articles : Toutes catégories .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés