La lente reconnaissance des violences gynécologiques Aucun avis

Depuis la mise en examen pour « viol sur mineur » du chef du service de gynécologie de l’hôpital Tenon, à Paris, la question de la maltraitance gynécologique refait surface.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés