Canada – Justin Trudeau au pape François : “La réconciliation n’est pas un acte unique mais un voyage de guérison qui dure toute la vie” Aucun avis

Le quatrième jour du voyage apostolique, le 27 juillet 2022, le pape François a rencontré les autorités civiles, les représentants des peuples autochtones et les membres du corps diplomatique. Avant le discours du premier ministre puis du pape, un chef de la Première Nation huronne-wendat, Raymond Gros-Louis, avait fait une prière autochtone demandant d’ouvrir « le grand cercle sacré », alors que brûlait dans la pièce un qulliq, une lampe inuite traditionnellement allumée pour les événements importants. Justin Trudeau a souligné que les paroles du pape en arrivant en terre canadienne avaient eu un « énorme impact » auprès des communautés autochtones. Il a poursuivi : « Comme Votre Sainteté l’a dit, demander pardon n’est pas la fin de l’affaire. C’est un point de départ, un premier pas. (…) Les survivants et leurs descendants doivent être au centre de tout ce que nous faisons ensemble, et à l’avenir ». Le premier ministre a enchaîné : « La réconciliation, c’est notre responsabilité à nous tous. C’est notre responsabilité de voir nos différences non pas comme un obstacle, mais comme une occasion d’apprendre, de mieux nous comprendre et de passer à l’action ». Puis il a repris : « La Gouverneure générale parle souvent du fait que la réconciliation n’est pas un acte unique mais un voyage de guérison qui dure toute la vie. Ce cheminement est différent pour chaque individu ».
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés