« Si j’étais restée, je serais morte à petit feu… » Aucun avis

En Loire-Atlantique, l’association Solidarité Femmes accompagne 1 300 victimes de violences conjugales par an. Se défaire de l’emprise du conjoint peut leur prendre du temps.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *