Temps sombres percés de lumière Aucun avis homms2013

48 mots pour vous donner de l'information 0 habillage
Dans sa chronique du jeudi 16 mai, Estelle-Sarah Bulle constate que ceux qui critiquent le présent au nom d’un passé se rêvent « comme des princes expulsés d’un paradis, jamais comme des serfs ballottés dans un monde marqué par les massacres et l’injustice ».

Lire la suite sur Les 50 derniers articles du journal La Croix .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés