Sénégal : « Il y a une erreur d’analyse lorsqu’on parle de sentiment antifrançais » Aucun avis homms2013

66 mots pour vous donner de l'information 0 habillage
Mardi 2 avril, Bassirou Diomaye Faye a fait officiellement son entrée au palais présidentiel sénégalais, et a nommé Oussmane Sonko premier ministre. Alors qu’il affiche des revendications ouvertement souverainistes et panafricanistes, on peut croire que son élection met en péril la relation franco-sénégalaise. Pour Caroline Roussy, directrice de recherche à l’Iris, il ne faut pas céder au catastrophisme.

Lire la suite sur Les 50 derniers articles du journal La Croix .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés