Sélection française pour les JO : aucun engagé sur 100 m ! Aucun avis homms2013

552 mots pour vous donner de l'information 1 habillage

Le double médaillé d’argent olympique du décathlon Kevin Mayer et la récente championne d’Europe du 100 m haies Cyréna Samba-Mayela en chefs de file, mais aucun engagé français sur 100 mètres masculin : la sélection française pour les Jeux olympiques de Paris (26 juillet-11 août) a été annoncée par la Fédération française d’athlétisme (FFA) dimanche.

Au total, une délégation de 90 athlètes français (41 femmes, 49 hommes) foulera la piste violette du Stade de France le mois prochain. Cependant, pour la première fois depuis 1932, aucun homme ne prendra le départ du 100 mètres, la course reine.

En tête de liste, Cyréna Samba-Mayela, nouveau visage gagnant de l’athlétisme français, est l’une des rares prétendantes françaises à l’or olympique grâce à son chrono exceptionnel de 12.31 réalisé à Rome mi-juin, la plaçant troisième performeuse mondiale de l’année. La hurdler de 23 ans n’a pas couru depuis son titre européen, ayant contracté le Covid fin juin selon son entourage.

Kevin Mayer, candidat au titre olympique après ses deux médailles d’argent en 2016 et 2021, participera à ses quatrièmes JO. Le recordman du monde (9 126 points) et double champion du monde de la discipline (2017 et 2022) s’est qualifié in extremis en réalisant les minima mi-juin après plusieurs tentatives infructueuses.

Mélina Robert-Michon, bientôt 45 ans et candidate au rôle de porte-drapeau de la délégation française lors de la cérémonie d’ouverture sur la Seine le 26 juillet, est retenue pour ses septièmes JO au lancer du disque.

Sur la liste figurent également les récents champions d’Europe Gabriel Tual (800 m) et Alice Finot (3000 m steeple).

Pour la première fois depuis près d’un siècle, il n’y aura aucun représentant français au départ du 100 m masculin. Le champion de France de la discipline, Pablo Matéo, n’a pas réalisé les minima olympiques et son classement mondial n’est pas suffisant pour être sélectionnable selon les critères de la FFA.

Trois athlètes sont retenus « sous conditions » : Mehdi Frère pour le marathon, en raison de manquements antidopage qu’il conteste, ainsi que Margot Chevrier et Ludvy Vaillant, tous deux blessés. Chevrier, victime d’une fracture ouverte à la cheville gauche en mars, doit passer un test décisif le 21 juillet.

Sans surprise, certains grands noms de l’athlétisme français manquent à l’appel, n’ayant pas rempli les critères de la FFA pour être sélectionnés, comme Renaud Lavillenie (perche) et Pascal Martinot-Lagarde (110 m haies), ou étant blessés, comme le jeune hurdler Just Kwaou-Mathey.

La FFA a montré une certaine indulgence dans des disciplines moins denses, interprétant ses critères de sélection de manière plus souple, ce qui a bénéficié par exemple aux perchistes Anthony Ammirati et Ninon Chapelle.

À Tokyo en 2021, l’équipe de France d’athlétisme n’avait remporté qu’une seule médaille olympique : l’argent du décathlon avec Mayer. Aux deux Mondiaux suivants, en 2022 avec l’or de Mayer et en 2023 avec l’argent du relais 4×400 m, la moisson n’a pas été plus prolifique.

Lire la suite sur Sport.fr .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés