OM – PSG : Benoît Bastien et la VAR font l’unanimité contre eux Aucun avis homms2013

564 mots pour vous donner de l'information 1 habillage

Lors du Classique opposant l’Olympique de Marseille au Paris Saint-Germain (0-2), dimanche soir en Ligue 1, l’arbitre Benoît Bastien a suscité un tollé unanime.

Les Parisiens ont vivement contesté l’expulsion de Lucas Beraldo, tandis que les Marseillais ont été perplexes quant au but refusé à Jordan Veretout. À l’issue d’un match animé, le Paris Saint-Germain l’a emporté sur le terrain de l’Olympique de Marseille (2-0) dimanche en Ligue 1. Un match marqué par deux décisions contestables de la part de l’arbitre Benoît Bastien.

À la 40e minute de jeu, l’arbitre, sollicité par la VAR, a choisi de brandir un carton rouge à l’encontre du défenseur central parisien Lucas Beraldo. Beraldo, une évidence pour l’arbitre… Sur un long ballon en profondeur, le Brésilien a stoppé l’attaquant de l’OM Pierre-Emerick Aubameyang en le poussant. Bien que cette faute ait été signalée par l’arbitre assistant, l’ancien joueur de Sao Paulo, déjà averti d’un carton jaune, n’avait initialement pas été sanctionné par Monsieur Bastien. Cependant, après l’intervention de la VAR, le Parisien a finalement été expulsé directement. Une décision incompréhensible selon le défenseur polyvalent du PSG, Danilo Pereira. «Déstabilisé par le carton rouge ? Oui, un peu, c’est normal, car je pense que le rouge n’était pas mérité», a commenté le Portugais pour Free Ligue 1. De son côté, l’arbitre a pris le temps, lors de son intervention sur Prime Vidéo, de justifier son choix, qui a suscité la colère du conseiller sportif francilien Luis Campos à la mi-temps. «Après avoir visionné les images, pour moi, il est évident que cette faute mérite une sanction sous forme d’annulation d’une occasion nette de but. C’est évident dans le sens où le premier critère est la position des défenseurs en mesure d’intervenir. Au moment de la faute, la dynamique de l’action vers la profondeur, la capacité du joueur offensif à poursuivre l’action, à contrôler le ballon, et l’absence de défenseurs en mesure d’intervenir, à mon sens, sont les critères qui permettent, malgré la distance, de conclure qu’une occasion nette de but a été stoppée par l’intervention illicite de monsieur Beraldo», a expliqué Bastien.

Donnarumma véritablement gêné par Henrique ? Du côté de l’OM, il y avait également de la frustration concernant une autre décision arbitrale : le but refusé à Jordan Veretout, qui aurait pu permettre à l’équipe de revenir à 1-1, à la 58e minute. L’arbitre a jugé que Luis Henrique, en position de hors-jeu, avait gêné le gardien parisien Gianluigi Donnarumma. «Nous l’avons revu dans le vestiaire et oui, c’est léger, cela aurait pu être accepté. Nous n’allons pas revenir sur un fait de jeu», a rapidement commenté Veretout. Pour l’arbitre, il s’agissait également d’une décision logique. «Au moment de la frappe, Luis Henrique se trouvait en position de hors-jeu. En raison de sa proximité très importante avec le gardien, il influence nécessairement sa capacité à intervenir. Par conséquent, le but est refusé puisque, selon les lois du jeu, un joueur qui influence la capacité d’un adversaire à intervenir devient sanctionnable», a jugé Bastien. Ces explications seront-elles suffisantes pour apaiser les débats ?

Lire la suite sur Sport.fr .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés