Montpellier Danse : « Shiraz », Armin Hokmi interroge l’empreinte d’une histoire culturelle sur les corps Aucun avis homms2013

24 mots pour vous donner de l'information 0 habillage
À l’occasion du 44e festival Montpellier Danse, l’artiste iranien en exil Armin Hokmi ravive, avec Shiraz, le souvenir du festival des arts Shiraz-Persepolis.

Lire la suite sur Les 50 derniers articles du journal La Croix .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés