Mohammad Rasoulof, cinéaste : « On gagne une certaine liberté à créer malgré les obstacles » Aucun avis

Sous le coup d’une peine de prison et privé d’autorisation de tournage, le cinéaste iranien continue à vivre et travailler dans son pays. Un choix qu’il a placé au cœur de son dernier film, Le diable n’existe pas, couronné par l’Ours d’or à Berlin l’année dernière.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés