« L’oubli que nous serons », au nom du père Aucun avis

Le cinéaste espagnol Fernando Trueba adapte un best-seller en Colombie. Il dresse le portrait lumineux d’un homme de bien, victime de la violence de son pays, à travers le regard admiratif de son fils.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *