Lettre ouverte : « L’État face au chlordécone, un insupportable mépris » Aucun avis

Christophe Lèguevaques, avocat au barreau de Paris, réclame dans une lettre ouverte la tenue rapide d’un procès dans l’affaire du chlordécone, alors qu’une action collective regroupant 1 200 plaignants a été lancée il y a 18 mois pour faire reconnaître le « préjudice d’anxiété » des Antillais.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés