Les quatre vérités de l’ancien international Brahim Thiam sur la gestion malienne Aucun avis homms2013

329 mots pour vous donner de l'information 1 habillage

Alors que la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) traverse une crise sans précédent, Brahim Thiams s’est longuement exprimé sur le sujet au micro de Sport News Africa.

On dit qu’il faut se fier à la parole des sages. L’ancien international malien Brahim Thiam, dix-sept caps avec les Aigles a dénoncé les pratiques de la Femafoot lors d’un Space organisé par Sport News Africa. Il a notamment évoqué le cas des primes : « des primes disparaissaient« , « des sommes injustifiées » et des contrats opaques, comme celui avec l’équipementier Airness.

« De par mon expérience, lorsque l’on recevait des primes, elles sortaient du ministère des Finances et tout était signé. On avait un responsable qui nous ramenait les primes. On savait à l’avance combien de joueurs venaient (en sélection, ndlr) et combien de primes il fallait sortir. Elles nous étaient distribuées », se souvient Brahim Thiam. Et de faire un regrettable constat : « Maintenant est-ce que quand il y avait une liste de 25 joueurs et qu’on ne distribuait que 22 primes, il en restaient trois qui partaient dans la nature, ça aussi c’était une possibilité. »

Un temps, aussi, pour évoquer le voyage calamiteux des Maliens pour Johannesbourg, à l’aube – littéralement – du match face à Madagascar. Hormis le retard du vol causés par les diverses escales, c’est surtout le retour au pays qui est maintenant sous les feux des projetcteurs, car après la rencontre, certains joueurs ont payé leurs billets de leur poche. « Comment ça se fait par exemple que Falaye Sacko, Adama Traoré et Mamadou Fofana ont payé chacun plus de 1200 euros leur billet retour ? Comment c’est possible ? Il faut juste m’expliquer » fustige Brahim Thiam. Il appelle à un changement dans la gestion de la Fémafoot. La voix de la raison.

Lire la suite sur Sport.fr .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés