Manchester United : Les confidences de Raphaël Varane Aucun avis homms2013

428 mots pour vous donner de l'information 1 habillage

Lors d’un entretien accordé au journal L’Équipe, Raphaël Varane a évoqué le sujet important des commotions cérébrales dans le football.

Champion du monde avec l’équipe de France en 2018, Raphaël Varane (30 ans) a connu une belle carrière internationale en Bleu. Toutefois, certains évènements qui pouvaient paraitre anecdotiques il y a encore quelques années font désormais l’objet d’une attention particulière, comme par exemple les commotions cérébrales. Au cours d’un entretien au journal L’Équipe, l’actuel défenseur de Manchester United (20 matchs et 1 but en Premier League cette saison) est revenu sur plusieurs épisodes durant lesquels il a subi des commotions cérébrales :  » Quand on regarde trois des pires matchs de ma carrière, il y en a au moins deux avant lesquels j’avais eu une commotion quelques jours plus tôt : face à l’Allemagne en quarts de finale de la Coupe du monde 2014 (le 4 juillet, 0-1 avec la France), et avec le Real Madrid contre Manchester City en huitièmes de finale de Ligue des Champions 2020 (le 7 août, match retour, 1-2).  » avoue le joueur.

 » Je termine le match mais je suis en mode ‘pilote automatique’, explique-t-il. Si quelqu’un m’avait parlé à ce moment-là, je ne sais même pas si j’aurais été capable de répondre. Je ne me souviens pas du match après ce choc.  » Après ce match, le défenseur central suivra un protocole de récupération et participera au quart de finale contre l’Allemagne.  » Avec le recul, je me dis : si j’avais su que c’était une commotion cérébrale, est-ce que je l’aurais dit, quitte à ne pas jouer ce match ? Je ne sais même pas s’il y avait des tests il y a dix ans. « 

 » J’étais diminué, mais finalement j’ai joué et plutôt bien, même si je perds ce duel contre (Mats) Hummels (sur le but de l’Allemand) dont on m’a parlé pendant au moins quatre ans. (Rires.) Ce qu’on ne saura jamais, c’est ce qui se serait passé si j’avais repris un impact au niveau de la tête. Quand tu sais que les commotions à répétition ont potentiellement un effet mortel, tu te dis que ça peut très mal tourner. A l’époque, je n’étais pas père de famille, mais aujourd’hui, à 30 ans et avec trois enfants, je réfléchis différemment.  » confie le défenseur central mancunien.

Lire la suite sur Sport.fr .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés