Les « animés » nippons en quête de sang neuf Aucun avis

Le cinéma d’animation reste un art majeur au Japon, premier producteur mondial. Pour autant, les conditions de travail dans les studios sont dramatiques, les talents s’asphyxient et la relève des Miyazaki ou Takahata peine à émerger.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés