Le pouvoir imaginaire de l’enfance Aucun avis

Après Phantom Thread, Paul Thomas Anderson revient à plus de légèreté avec cette comédie romantique adolescente dans le Los Angeles des années 1970.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés