La bonne conscience coûte 98 centimes Aucun avis

Né à la fin des années 1980, Jean de Saint-Cheron se dit coincé entre deux générations : les boomers qui trop consomment, et les milléniaux qui ne prennent plus l’avion. Les vacances venues, ce grand décalage vire au casse-tête…
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés