« Jules César » de Haendel, crépuscule d’un empereur, naissance d’un chef Aucun avis

Le contre-ténor Philippe Jaroussky accomplit son passage de la scène à la fosse, dirigeant avec finesse et élan Jules César de Haendel. Au Théâtre des Champs-Élysées, le plateau vocal brille de feux que la mise en scène cherche – et hélas parvient souvent – à éteindre.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés