“Il faudra plus de 40 ans pour que la présence des religieuses aux synodes commence à être remarquée”, note la journaliste Vittoria Prisciandaro Aucun avis

Dans le numéro d’avril 2022 du mensuel Femme Église Monde, la journaliste Vittoria Prisciandaro a publié un article intitulé « Une femme votera pour la première fois à l’assemblée synodale », annonçant que « sœur Nathalie Becquart, de la Congrégation des Xavières, nommée sous-secrétaire du Synode par François en février 2021, a en effet acquis un droit avec sa charge ». La journaliste a cité la religieuse commentant sa nomination : « Je vis tout cela avec simplicité, mais avec un grand sens de l’histoire ». Vittoria Prisciandaro a ensuite retracé le parcours de l’Union internationale des supérieures générales (UISG) fondée en 1965. Un réseau de congrégations féminines « proposant des parcours de formation, des rencontres et des publications pour soutenir l’activité de leadership ». Aujourd’hui, a rappelé la journaliste, « l’UISG compte 1903 supérieures, avec des congrégations, présentes en Afrique, en Asie, en Europe, aux Amériques, en Océanie », précisant qu’elle « a donné vie à des projets entre congrégations sur la paix, la justice, l’écologie, … portant une attention particulière aux personnes les plus vulnérables ». En quelques décennies, a-t-elle constaté, « l’UISG a acquis son identité et sa crédibilité », créant des comités « pour approfondir des thèmes qui touchent les femmes consacrées et se mêlent à l’actualité » et qu’à la fin des années soixante-dix, les supérieures ont souhaité « combler certains vides théologiques, élaborer une pensée ne partant pas seulement de la pratique et de l’expérience… mais également d’une formation sérieuse ».
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés