« Haut et fort », le rap comme bouffée d’oxygène Aucun avis

À travers l’histoire mouvementée d’un centre culturel au sein d’un quartier populaire de Casablanca, le cinéaste franco-marocain Nabil Ayouch livre un nouveau manifeste en faveur de la liberté d’expression.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés