Festival de Cannes 2021 : Arthur Harari et le complexe d’Onoda Aucun avis

Après « Diamant noir », polar inclassable, le réalisateur français surprend à nouveau avec un grand film d’aventures métaphysique sur l’histoire vraie d’un soldat japonais réfugié pendant trente ans sur une île du Pacifique dans l’ignorance de la fin de la guerre. Le long-métrage sera projeté mercredi 7 juillet en ouverture d’Un Certain Regard, au Festival de Cannes.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés