En Tunisie, la peine de mort réaffirmée dans le cadre de l’affaire Belaïd Aucun avis homms2013

53 mots pour vous donner de l'information 0 habillage
La peine capitale n’est plus appliquée en Tunisie depuis 1991, mais son principe, défendu par le président Kaïs Saïed, est réapparu au détour du jugement de l’assassinat de l’opposant de gauche, Chokri Belaïd en 2013. L’affaire devrait peser dans cette année électorale.

Lire la suite sur Les 50 derniers articles du journal La Croix .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés