En Équateur, l’Église mise sur la solidarité face à la violence des gangs Aucun avis homms2013

60 mots pour vous donner de l'information 0 habillage
L’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 7 avril en Équateur, afin de freiner les violences liées au trafic de drogue. Symbole des quartiers populaires abandonnés par l’État, Socio Vivienda est devenu un terreau fertile du crime organisé de Guayaquil. Au milieu des bandes armées, seule l’Église catholique tente de raviver le tissu social.

Lire la suite sur Les 50 derniers articles du journal La Croix .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés