Camila Giorgi : le mystère de son retour après une retraite secrète et des accusations judiciaires Aucun avis homms2013

299 mots pour vous donner de l'information 1 habillage

Camila Giorgi a fait son retour sur les réseaux sociaux après avoir mystérieusement quitté le tennis. La joueuse italienne de 32 ans, accusée d’avoir fui aux États-Unis pour éviter des impayés et d’avoir volé des meubles anciens, est réapparue sur la scène publique après deux mois d’absence. Avec plus de 740 000 abonnés sur Instagram, Giorgi a partagé sa nouvelle vie à travers trois images publiées dans ses stories. L’ancienne tenniswoman, qui a atteint la 26e place mondiale, en a profité pour confirmer sa retraite définitive, soulignant qu’il existait de nombreuses fausses informations à son sujet.

Après l’annonce de sa retraite, ‘La Gazzetta dello Sport’ a rapporté que la Guardia di Finanza enquêtait sur Camila Giorgi pour d’éventuelles irrégularités fiscales. Les enquêteurs estiment que Giorgi, également impliquée dans une affaire judiciaire à Vicenza concernant de faux certificats de vaccination contre le Covid en collaboration avec la chanteuse Madame, aurait quitté l’Europe pour s’installer aux États-Unis. Ces accusations ont provoqué une vive controverse autour de l’ex-joueuse, toujours sous le coup d’une enquête des autorités italiennes.

Le ‘Corriere della Sera’ a rapporté que Camila Giorgi aurait emporté avec elle plusieurs meubles anciens d’une valeur d’environ 100 000 euros et n’aurait pas payé six mois de loyer pour une villa à Calenzano, près de Florence. Le propriétaire de la villa a déclaré à ‘La Repubblica’ que la moitié de ses meubles avaient disparu, notamment des tapis persans, des meubles fins et une table ancienne pesant une demi-tonne, entraînant des pertes estimées entre 50 000 et 100 000 euros. Ces accusations viennent aggraver la situation légale de Giorgi, ajoutant encore plus de controverse à son retrait soudain du tennis.

Lire la suite sur Sport.fr .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés