“Avec Charles de Foucauld, le désert a fleuri”, souligne Mgr Lhernould dans son homélie à El Meniâa Aucun avis

Le 15 mai 2022, alors que se déroulait place Saint-Pierre de Rome la messe de canonisation de Charles de Foucauld et de neuf autres « compagnons de lumière », au même moment en l’église Saint-Joseph d’El Meniâa, au cœur de l’oasis où repose le corps du nouveau saint depuis 1929, une trentaine de chrétiens venus de différents endroits de l’Algérie se sont unis « à la joie de l’Église tout entière », remerciant Dieu « d’avoir donné au monde, en la personne de Charles, un exemple et un frère, un ami et un saint ». Dans son homélie, Mgr Nicolas Lhernould, évêque de Constantine et Hippone, a notamment souligné qu’avec Charles de Foucauld, « le désert a fleuri ». Un désert « changé en lac » et des terres arides « en fontaines jaillissantes », selon les mots d’Isaïe, devenu d’une grande fécondité : « quelque 15 000 personnes, douze instituts religieux, deux instituts séculiers, six associations publiques ou privées de fidèles, vivent aujourd’hui la joie de l’Évangile en marchant sur les pistes que frère Charles a ouvertes ». Sans compter, a poursuivi l’évêque de Constantine et Hippone, « la multitude des hommes et des femmes qui, à titre personnel, s’abreuvent à la source de sa spiritualité ».
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés