Au procès des attentats du 13 novembre, le « sentiment d’échec » de l’ex-patron de la DGSE Aucun avis

La cour d’assises a entendu mardi 16 novembre Bernard Bajolet qui, lors des attentats, dirigeait les services de l’espionnage extérieur. « Nous savions que la menace était très forte », a-t-il reconnu en tentant d’expliquer pourquoi la DGSE n’a « pas pu empêcher ce drame ».
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés