Au procès de l’attentat de Nice, la culpabilité de Florian qui aimerait « arriver à pleurer » Aucun avis

La cour d’assises de Paris a continué, vendredi 23 septembre, à écouter les victimes du 14 juillet 2016. Dans un témoignage marquant, Florian Hattermann, a parlé de son immense sentiment de culpabilité, cette douleur d’être vivant alors que son père, sa mère et son jeune frère sont morts sur la promenade des Anglais.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés