Au Liban, à l’ère du cash Aucun avis

Dans les entreprises, les universités, les écoles ou les hôpitaux, les Libanais doivent payer la plupart de leurs dépenses en espèces, voire en dollars, alors que la crise s’amplifie.
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés