Amandine Henry à LA : « Les joueuses ne se mélangent pas aux stars » Aucun avis homms2013

325 mots pour vous donner de l'information 1 habillage

Avec une carrière marquée par une détermination sans faille, cette icône du football féminin incarne une force tant sur le terrain qu’en dehors. Elle défend ardemment les valeurs qui lui sont chères, inspirant la génération future en démontrant que chaque parcours connaît des hauts et des bas. Son récent passage aux États-Unis avec Angel City, puis aux Utah Royals, témoigne de son engagement à repousser les limites et à explorer de nouveaux horizons malgré les défis variés rencontrés.

Aux États-Unis, elle a découvert un système de football radicalement différent de celui en Europe, où l’appartenance à un club s’accompagne d’une structure fédérale visant à équilibrer le niveau de compétition à travers le pays. Malgré les rotations fréquentes entre les franchises, son enthousiasme pour les Royals de Salt Lake City est palpable. L’environnement plus calme et l’altitude propice à la condition physique constituent des atouts appréciés après son expérience à Los Angeles, où les clichés sur la vie des stars contrastent souvent avec la réalité des joueuses de haut niveau.

« À Los Angeles, iI ne faut pas croire que, parce que l’on voit Eva Longoria en tribune, les joueuses se mélangent aux stars.« 

La relation avec son père est un pilier essentiel de sa vie personnelle et professionnelle. Depuis ses débuts à l’âge de 5 ans, son père a été son premier et plus grand supporter. Sa rigueur et son soutien inconditionnel ont façonné non seulement sa carrière de footballeuse, mais aussi sa vie de femme. Bien que parfois tumultueuse, leur relation est fondée sur un amour profond et une passion partagée pour le football. Ensemble, ils ont surmonté des défis et célébré des succès, créant ainsi un lien indissociable qui transcende les terrains de football.

Lire la suite sur Sport.fr .

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés