Abus sexuels, une Église sans voix Aucun avis

Après la publication du rapport de la Commission Sauvé, il ne faudrait pas en rester à l’émotion, ni se complaire dans une attitude de contrition sans grande conséquence. Si le rapport parle d’un phénomène « systémique », c’est que toute la structure de l’Église est concernée. La chronique d’Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef à « La Croix ».
Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés