Prenez la parole ! sur le thème « Réparons l’Église »
Blog

Prenez la parole ! sur le thème « Réparons l’Église »


Notre journal et l’hebdomadaire Pèlerin ouvrent une large consultation sur le thème « Réparons l’Église ». C’est une invitation à poser un diagnostic sur la situation actuelle de l’Église, mais aussi à faire acte de proposition pour une plus grande fidélité à l’Évangile.D’ores et déjà, et jusqu’au 7 juin, vous pouvez nous faire parvenir vos contributions, individuelles ou collectives, à l’adresse mail : reparons-l-eglise@bayard-presse.com ou sur le...


Source La Croix.com - Les derniers articles : Toutes catégories, suite de l'article : Prenez la parole ! sur le thème « Réparons l’Église »
4 avril 2019

Commentaires Prenez la parole ! sur le thème « Réparons l’Église »

  1. Dominique Barbey dit le 7 avril 2019 14 h 50 min:

    C’est en hésitant que je me risque à participer à votre consultation « # Réparons l’Église ». Que pourrait dire d’intéressant un vieux bonhomme qui approche du terme de sa vie ?
    M’étant posé cette question, je me suis souvenu d’un conseil que je donnais prétentieusement il y a quelques dizaines d’années : « Si tu veux t’éclater dans l’Église, va dans les mouvements et surtout pas dans les paroisses ».
    MCC, Scouts de France, Secours Catholique d’une part et d’autre part Équipe pastorale et catéchèse. Ce sont des équipes où j’ai été bénévole.
    Dans les mouvements d’Église pourtant très structurés, avec une vocation clairement exprimée, des équipes nationales fortes et des aumôniers à tous les étages, les laïcs pouvaient, dans le cadre de leur mission, prendre des responsabilités pastorales en confiance.
    Dans les paroisses, des Curés omnipotents avaient tendance à freiner toutes les propositions et à bannir toutes les initiatives. Les bénévoles étaient jugulés, ignorés. Des vieux prêtres m’ont assuré que, comme vicaires, ils n’étaient pas mieux traités.
    Ces responsables de paroisses n’avaient en général aucune idée de la manière de gérer des bénévoles laïcs et se conduisaient souvent avec eux de manière très désinvolte. Si dans une entreprise privée, il se trouvait un service que le personnel cherche à fuir, le responsable ne manquerait pas de se faire auditionner par le DRH qui pour le moins lui proposerait un stage de gestion des ressources humaines.
    Si j’émettais une suggestion, on me répondait « L’Église ne se gère pas comme une entreprise ». Fermez le ban. Ce doit être cela que le Pape François appelle le, cléricalisme.
    Heureusement, en voyant travailler notre jeune Curé, je sens que les pratiques sont en train d’évoluer.
    Merci mon Dieu.

  2. Dominique Barbey dit le 7 avril 2019 14 h 46 min:

    Belle initiative